Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

31 octobre 2007 3 31 /10 /octobre /2007 17:04

Comme la presse en a fait écho, et conformément aux engagements pris lors d’assemblées générales d’associations locales d’anciens combattants, j’ai dit ma volonté de faire progresser de légitimes revendications du monde combattant.

Voilà pourquoi, dans la nuit de mardi 30 octobre, à la Commission des Finances, j’ai soutenu, au nom du groupe socialiste, un amendement du Rapporteur spécial sur les crédits « anciens combattants » qui majorera de 2 points d’indice (de l’indice 37 à l’indice 39), le montant de la retraite du combattant et il a donc été voté à l’unanimité.

L’effort financier représente un coût budgétaire de 38 millions d’euros, prélevés sur des crédits de communication. Ce n’est qu’un petit geste de la Majorité en direction du monde combattant (qui ne fera pas oublier un budget globalement en baisse de 73 millions !), mais prenons-le : l’objectif doit être, ne l’oublions pas, que la retraite soit portée, au plus vite, à l’indice 48, car l’enjeu, c’est l’augmentation des petites retraites.

Réponse définitive la semaine prochaine, le 8 novembre, lors du vote en séance publique.



Partager cet article
Repost0
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 09:00
Voici la réponse obtenue à l’une des questions écrites qu’en ma qualité de parlementaire j’ai posée :

- à Madame la Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports sur le calendrier de publication des décrets d'application d'un texte conventionnel. En effet, après la signature en amont d'un accord-cadre le 19 avril, puis plusieurs mois de négociations, l'UNCAM et les infirmiers(ères) libéraux ont abouti à la signature d'une convention nationale le 22 juin 2007. Celle-ci constitue un premier pas vers une reconnaissance du rôle des infirmières et infirmiers libéraux, qui se traduit, entre autres, par une revalorisation tarifaire, pour le 1er juillet 2007, attendue par ces professionnels. Fait historique, cette convention a été signée par l'unanimité des syndicats représentatifs, tout comme l'accord-cadre. Pourtant, elle demeure irréalisable en l'absence des décrets d'application. Il lui demande s'il est dans l'intention du Gouvernement de les publier prochainement.(J.O. du 25 septembre 2007). Réponse parue au J.O. le 30 octobre 2007



Partager cet article
Repost0
27 octobre 2007 6 27 /10 /octobre /2007 10:22

saloncom1.jpgLa fonction crée parfois de drôles de situations...
Hier soir, je procédais à l'inauguration du Salon du Commerce de ma ville, une manifestation ô combien sympathique qui, à l'approche de la Toussaint, permet à quelque 74 exposants (dont 18 Wattrelosiens) de faire découvrir leurs produits, leur savoir-faire, et aux visiteurs (plus de 10 500 chaque année) de faire de bonnes affaires ou, pourquoi pas, de dénicher déjà des idées de cadeaux pour un anniversaire ou les fêtes de fin d'année.

Et me voilà soudain, au détour d'un stand, assis sur une chaise, une ravissante dame à mes côtés, en train de déguster les joies de... l'orgasmatron (photo ci-contre) ! Qu'on ne se méprenne pas : rien de très érotique là-dedans ; il s'agit juste d'un ustensile de massage du cuir chevelu fait de baguettes métalliques souples qui, je le reconnais, détend sacrément... même si cette inauguration était, comme de coutume à Wattrelos, déjà très détendue.

Toujours est-il que la bonne humeur a su être partagée, y compris parmi la délégation d’élus qui m’accompagnait.

Mon invité, cette année, était le président de la Chambre de Commerce de Lille métropole, Bruno Bonduelle (photo ci-contre). Il n'a malheureusement pu nous rejoindre qu'au moment des discours, coincé qu'il était dans un TGV, quelque part dans la campagne entre Lille et Paris. J'apprécie l'amitié qu'il m'a faite de se joindre à nous, et je le lui ai dit.saloncom2.jpg

Je lui ai dit également, sur un ton un peu plus grave cette fois, la crainte que m’inspire le rapport récent de la Commission Attali qui préconise une libéralisation des conditions d’implantation des grandes surfaces de distribution. Certes, ce n’est pas encore une décision gouvernementale, mais attention ! Vigilance et prudence sont plus que nécessaires en la matière. Car si on laisse faire, si on n’encadre plus les installations il y a, à mon sens, un vrai risque que se désertifient progressivement nos commerces de quartiers et de centres-villes.

Autre sujet fondamental pour les années qui viennent : la transmission des commerces : qui sait qu'à Wattrelos, d'ici 5 ans, entre 20 et 25 % de nos 500 commerçants et artisans feront valoir leurs droits à la retraite ? J'ai bien sûr demandé à mes services de tenir compte de cette réalité et de travailler en amont, dès maintenant, à cette profonde mutation économique ; voilà pourquoi j’ai besoin de Bruno Bonduelle, du concours et de l'aide de la CCI afin de pouvoir anticiper chaque départ, grâce à des bourses d'échanges par exemple, pour qu’elle nous aide à faire savoir aux porteurs de projets divers que Wattrelos existe et qu'elle les attend.
« Cher Président, dites leur où se situe Wattrelos ; Wattrelos les accueillera avec plaisir ! » ai-je conclu.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2007 2 16 /10 /octobre /2007 20:10
Cette nuit, vers 23 heures je suis intervenu au nom du groupe socialiste lors de la discussion générale du Projet de Loi de Finances pour 2008. J'ai expliqué, devant Mme Lagarde, Ministre de l'Economie, des Finances et de l'Emploi, et M. Woerth, Ministre des Comptes Publics, les trois raisons majeures pour laquelle je ne voterai pas ce Projet de Budget. 

D'abord parce qu'il ne sous-tend pas la politique économique de croissance dont nous aurions pourtant besoin ; ensuite parce qu'il va peser considérablement, politiquement, socialement et surtout économiquement sur nos collectivités locales ; enfin parce qu'il ne répond pas à d'importants, voire de très lourds problèmes qui se posent et que le Gouvernement prend la terrible responsabilité, là encore politique, sociale et surtout économique, de laisser filer, à savoir, entre autres exemples, la dette publique ou la crise financière hospitalière.
 

Vous trouverez le texte de mon intervention ci-dessous :

s3.archive-host.com/membres/up/1195081252/PROJETDELOIFINANCES2008.pdf



Partager cet article
Repost0
16 octobre 2007 2 16 /10 /octobre /2007 08:11
Voici la réponse obtenue à l’une des questions écrites qu’en ma qualité de parlementaire j’ai posée :

- à Madame la Ministre de l'Economie sur l'arbitrage défavorable pour la région Nord - Pas-de-Calais qui a consisté à n'avoir pour dotation régionale FSE que 380,8 millions d'euros. En effet, validées pour la région Nord - Pas-de-Calais par la Commission européenne, les enveloppes de fonds structurels (FEDER et FSE) relatives à l'objectif « compétitivité régionale et emploi », reprises dans la version finalisée du cadre de référence stratégique national est de 1 089 millions d'euros, répartis pour 700,9 millions d'euros pour le FEDER (dont un « bonus Hainaut » de 47,5 millions d'euros) et 380,8 millions d'euros pour le FSE (dont un « bonus Hainaut » de 31,1 millions d'euros). Lire la suite (J.O. du 11 septembre 2007). Réponse parue au J.O. le 16 octobre 2007


Partager cet article
Repost0
15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 15:44
sbleu6.jpgFaire la fête, comme chante la Compagnie Créole, « c’est bon pour le moral » !
Et du moral, il en faut quand on avance en âge. Aussi donne-t-on un écho particulier, à Wattrelos, à la semaine nationale des personnes âgées : la Semaine Bleue.
Cela fait quelques années que ça dure, et en ce mois d’octobre 2007, on ne déroge pas à la tradition : notre ville aime ses aînés et leur concocte une semaine d’animations variées… car ils sont formidables ! Je ne suis pas le seul à le dire ; c’est même le thème retenu pour cette semaine (c’était d’ailleurs le même l’année dernière).
NouvelAge.jpg
Eh bien soit ! Ils sont tellement extras qu’ils ne se contentent pas d’assister aux spectacles proposés : parfois, ce sont eux qui le font ! On en rêvait, ils l’ont fait !
Je dois dire que j’en ai pleuré de rire : lors du lancement de cette Semaine Bleue à l’Hôtel de ville samedi matin, Marie-Louise et Jules (photo du haut), de la résidence Beaulieu, nous ont livré un play-back hilarant sur un air d’opérette au cours duquel il fut question de dindons et de moutons… tandis qu’un dindon et un mouton géant, tournoyant dans la salle, assuraient la partie visuelle ! Un grand moment de folklore local !
J’ai donc éprouvé bien des difficultés à reprendre mon sérieux pour dire, dans mon allocution, tout le cœur que la Ville met à préparer cette Semaine Bleue. Tout le chœur pourrais-je même écrire car l’après-midi était programmé un concert du Chœur de l’Armée française, formation de la Garde républicaine au CSE : un concert qui a fait salle comble, avec une standing ovation pour finir ! Inoubliable !
Et je n’étais pas au bout de mes émotions car lundi après-midi, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir mon adjointe au Nouvel Age, Marie Jo, et ma directrice de l’action gérontologique, Sophie, déguisées en grands-mères (plus vraies que nature ! photo du bas : Sophie + Marie Jo) lors d’un sketch du spectacle cabaret de la troupe des retraités wattrelosiens au CSE !
Un proverbe dit que tout ce qui est rare et merveilleux n’étonne pas plus d’une semaine ; je pense pourtant que la semaine prochaine, tout ce que j’aurai vu durant celle-ci m’étonnera encore !



Partager cet article
Repost0
14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 07:45
touquet1.jpgLa paroisse de mon quartier – le Touquet Saint-Gérard – est centenaire.
Et comme je tiens à souhaiter personnellement bon anniversaire à tous les centenaires dans ma ville, je suis allé à la rencontre de l’équipe qui la fait vivre, cette paroisse, et qui organisait ce week-end de nombreuses animations autour de cet événement.
Je ne pouvais pas être présent au vernissage de l’exposition consacrée au quartier, prévu à la même heure que le concert du Chœur de l’Armée française, mais j’ai tout de même trouvé le temps d’y passer en fin d’après-midi pour constater à quel point les bénévoles de l’association d’éducation populaire présidée par Jean Deghin ont bien fait les choses.
Ils ne se sont d’ailleurs pas arrêtés en si bon touquet2.jpgchemin : visite guidée par l’Office de tourisme (avec sketches en patois par la joyeuse bande des Copés in Deux) le vendredi soir, concert d’orgues, concert du Conservatoire…
La messe du dimanche fut bien entendu un autre moment fort du week-end puisque Monseigneur Defois – qui connaît le quartier pour y être venu régulièrement ces dernières années – est venue la célébrer en compagnie de Mathieu, l’abbé local.
Je l’ai retrouvé avec plaisir, l’évêque de Lille (ph. du haut), lors du verre de l’amitié et du repas pris tous ensemble par la suite, lui livrant une anecdote cocasse de la vie de ce quartier situé à la frontière belge : dans les années 30, le cardinal Liénard devant passer par ce poste de douane, des fraudeurs usurpèrent son identité pour passer, dans une voiture identique à celle du prélat, des marchandises au nez et à la barbe de douaniers proprement dupés ! Ce n’est qu’au passage du cardinal – le vrai, celui-là ! – qu’ils comprirent la supercherie…



Partager cet article
Repost0
12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 20:07
Lors de la séance du Conseil municipal de Roubaix hier soir, le maire, René Vandierendonck, a donné lecture d'une partie d'un SMS que je lui avais adressé en sortant de la réunion que j'ai eue à Paris, ce jeudi soir, avec le Directeur de Cabinet adjoint de Roselyne Bachelot, Ministre de la santé, aux côtés de Francis Vercamer. La presse s'est faite l'écho de ce texto, et comme celui-ci est nécessairement partiel, une (petite) polémique s'est engagée, car le propos est considéré comme partial. 

Cette polémique est inutile, et pour qu'on en juge, soyons pleinement transparents.
 

J'ai, dès ma sortie du ministère, en effet transmis au maire de Roubaix, Président du Conseil d'Administration du CH Roubaix, non pas un mais deux SMS. Que disaient-ils ?
 

Le 1er : "Bonsoir. Rdv courtois avec directeur cabinet adjoint, M. Perrin. Nous renvoie vers l'ARH : c'est à son directeur de faire les choix ! Cela vaut pour le retour à l'équilibre et l'investissement ! Mais le plan de retour à l'équilibre n'a pas encore été validé par ARH, dixit Perrin ! Pour l'investissement a priori favorable pour être sur Hôpital 2012 mais pas d'engagement sur montant ni quotité financement. Bref, la réponse est : pour tout cela, ce n'est pas nous, voyez ARH !" (fin du SMS).
 

Et le 2nd : "Donc, pour résumer : pas un euro n'est sorti de cette rencontre ! C'est : portez votre dossier au directeur de l'ARH. C'est lui qui décidera de ce qu'il peut faire…"
 

Tout est dit, et il n'y a pas lieu à polémique.
 

Est-il vrai que F. Vercamer et moi sommes sortis de notre rendez-vous sans un euro pour l'hôpital ? Oui, bien sûr.
 

Est-il vrai que le Cabinet nous a renvoyé vers le directeur de l'Agence régionale d'hospitalisation ? Oui, très explicitement ! Et c'est l'ARH qui, paraît-il, décidera de boucher les trous de l'exploitation, et de dégager les moyens financiers pour les investissements.
 

La seule bonne nouvelle c'est que notre interlocuteur nous a dit que le centre hospitalier de Roubaix était, d'après la note que le Directeur de l'ARH lui avait transmise, parmi les trois priorités régionales.
 

En revanche, malgré notre insistance, il n'y a pas eu de précision, ni d'engagement, que ce soit sur les 3 millions d'euros annuels (pendant trois ans) nécessaires pour rétablir les comptes ; et pas davantage sur le financement des 70 millions d'euros pour le financement de la nouvelle maternité (malgré mon insistance sur la quotité qui pourrait être envisageable : c'est pourtant indispensable pour les autorités de l'Hôpital de Roubaix de savoir si elles ont une chance d'être financées à 70 % - comme espéré – ou seulement à 50, ou pire à 20 ou 30 % !).



Partager cet article
Repost0
12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 17:12
Ce fut la seconde partie de mon propos en compagnie des journalistes de la presse locale (cf. article précédent) : en tant que maire, ma préoccupation première est de conduire avec efficacité les chantiers et les projets de la fin du mandat.

Quels sont-ils ? 

- dossiers économiques : ça n’arrête pas, bien sûr. Parcs d’activités, friches industrielles... les dossiers sont lourds, mais fondamentaux pour l’avenir de notre agglomération, et de nos habitants.
Avec les entreprises en cours d’installation : 700 emplois seront localisés sur Wattrelos avant l’automne 2008 (en un peu plus de 2 ans). Ce n’est pas une promesse, c’est une réalité pour demain. Qui peut dédaigner cela, dans une ville qui a vu fermer dans la décennie précédente La Lainière, le Peignage Amédée, l’usine de Tapis Saint-Maclou, Saint Liévin, Brant Galva… ?

- logement :   on entre dans une nouvelle phase à Beaulieu, avec deux gros équipements : le pôle Enfance-Famille, et surtout le Foyer pour Personnes Agées dont le financement n'est pas encore blouclé ;

- chantiers : beaucoup de chantiers structurants de voirie ont pu être menés ; d'autres sont prévus (changement du revêtement de la rue Carnot), ainsi que de gros dossiers environnementaux (Kuhlmann) ;

- budget 2008 : j'aimerais que le Conseil municipal puisse le voter avant la fin de l'année ;

- équipements : rénovation de la façade de l'Hôtel de ville, remplacement des serveurs informatiques de la mairie, fin de la construction de la Cité des Sports... Ce sont les derniers gros travaux d'équipement du mandat ; ils sont en cours ;

- sans oublier la gestion du quotidien et des incidents qui peuvent survenir.
 

C’est ça notre feuille de route.
Pour moi, d’ici la fin de l’année, il reste 3 mois de boulot plein ! Après, seulement, viendra
le temps de la campagne. Pour l’heure, c’est vrai, dans le cadre des procédures internes du Parti Socialiste, je suis le « Premier des socialistes ». Je suis candidat :

  • - parce que j’aime ma ville, et que je veux contribuer à lui donner les moyens de réussir, à porter une image positive et sympathique  de Wattrelos dans la métropole, à y améliorer les conditions de vie.
  • - pour poursuivre, ce qui a été commencé. Ce que je veux dessiner, c’est une volonté d’avoir une ville avec une grande qualité urbaine dans tous les quartiers.
Mon destin n’est pas d’être élu à vie. Jamais, ni le pouvoir ni les bureaux ni les voitures officielles ne m’ont tourné la tête. Ce qui m’anime, mon plaisir, mon choix de vie aussi, c’est de faire mon boulot, de remplir, de servir la mission qui m’a été confiée

Alors, cette candidature :


1°) dans quel état d’esprit et pour quel projet
 ? Comme dit Bertrand DELANOE, je veux bien volontiers me dire de « Gauche moderne », mais les deux à la fois : de gauche et moderne. Cela se voit dans les projets que j’ai conduits, et ceux que je proposerai :

- de gauche : pour offrir et défendre un haut niveau de service public ;

- moderne : pour adapter la ville à l’évolution de la société, à l’écoute des besoins de la population, ce qui veut dire affirmer les priorités indispensables (emploi, logement, proximité), et faire évoluer les méthodes de fonctionnement (nouvelles technologies, nouvelle proximité au travers des relations avec l'usager, des comités de quartier...).


Mon projet, ce sont mes résultats. Mon souci, c’est le quotidien des habitant
s.

2°) Avec quelle liste ? On verra cela en janvier. Pour l’heure, comme « premier des socialistes », je conduirai cette liste : 

- avec un projet d’avenir pour Wattrelos ;

- sur une équipe de rassemblement et ouverte, que je constituerai dans l’esprit qui a toujours été ici celui de Wattrelos : on rassemble sur des valeurs, pas que sur des étiquettes. Il y aura une continuité, il y aura des personnalités nouvelles.
Elle sera renouvelée, bien sûr. Elle mobilisera nos partenaires de gauche. Elle sera ouverte sur la société civile, et des acteurs de la vie locale. Ce qui compte, c’est aussi la compétence et la disponibilité.

Un mandat, ce n’est pas qu’un titre, c’est une fonction à remplir, un rôle à jouer dans la cité
et ses quartiers.

3°) Pour quelle ambition ?

Porter la ville en avant, construire son avenir autour de trois objectifs clairs : augmenter le niveau d’emploi, en localisant des emplois sur la ville, mais aussi en aidant à l’insertion professionnelle et sociale des wattrelosiens ; tout faire pour maintenir un accès large à des services publics de qualité ; améliorer le logement et le cadre de vie, pour chacun et donc pour tous.

Soyons francs, pendant les cinq ans qui viennent, la France va vivre avec un Président centralisateur, qui n’aime pas la décentralisation ni les collectivités territoriales (cf. Budget pour 2008 !). Rien ne sera simple, et avec un Etat en « faillite », les moyens seront rares !

Raison de plus pour avoir des objectifs clairs ! C’est mon cas.



 
Partager cet article
Repost0
12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 16:13
Cet après-midi, j'ai rencontré les journalistes de la presse quotidienne régionale pour mon traditionnel point presse... de rentrée. Bien sûr, la rentrée est derrière nous, mais ce n'est pas parce que le temps est passé particulièrement vite cette année que j'ai pour autant "zappé" ce rendez-vous.
Alors, actualité oblige, ce point presse usuel du maire est également devenu celui du député. Un député membre de la Commission des Finances au début d'une session budgétaire. Voici, en substance, ce que j'avais à dire :

Député, je fais mon travail face à une majorité qui fait peu de cas du Parlement
. On est en plein dans les débats sur le Projet de Loi de Finances : cette semaine en Commission des Finances (j’y suis), à partir de la semaine prochaine en séance publique (j’y serai).
 
J’ai été élu pour faire mon travail, je le fais !
 
Dès le début de juillet, j’y ai pris toute ma part. A vrai dire, je n'ai pas eu le temps de souffler car nous avons siégé en session extraordinaire dès l’été, et les séances de nuit ont commencé très vite.
 
La Commission des Finances n’a pas manqué de sujets. J'ai été en première ligne, présent en réunion, depuis juillet sur les sujets suivants :
 
- le TEPA (texte sur « le travail, l’emploi et le pouvoir d’achat », le mal nommé ;
en fait ce sont « les cadeaux fiscaux ») ;
- le Débat d'Orientation Budgétaire pour 2008
- la Loi de Règlement pour 2006
- la crise financière
- la crise EADS
- le Projet de Budget pour 2008
- le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2008
 
Le Parlement ne travaille pas bien, ne peut pas bien travailler. Passons sur les problèmes d’intendance (c'est-à-dire les problèmes de bureaux, d'ordinateurs, de salles de réunions…) ; ce que je retiens de ce début de législature, ce sont surtout de gros problèmes de méthode : le Gouvernement amène ses textes à marche forcée ! Toujours dans l’urgence, sans études d’impact ni évaluation précise, et ne parlons pas des décrets d’application… Les textes arrivent quelques jours à peine avant passage en commission.
 
Exemple : pour le Projet de Loi de Finances pour 2008... seulement quatre jours ouvrables pour déposer les amendements !
 
J'y vois une forme de dédain de la part d'une Majorité sûre d'elle, toute aux ordres de l’Elysée en apparence, qui fait ce qu’on lui dit de faire et n’écoute pas. Bref, une Majorité aveuglée par sa victoire.
 
J’ai le sentiment que l’ouverture n’est qu’un leurre médiatique, car concrètement, la Majorité est très fermée, à la discussion comme aux propositions. 

Et ce n'est pas la seule raison de ma colère. En effet :
 
- les cadeaux fiscaux de l’été (15 Mds € dépensés en dix jours !) sont injustes. La preuve : déjà avec le bouclier fiscal à 60 % (la Droite l'a fait passer à 50 % cet été), 111 contribuables dans le Nord - Pas-de-Calais vont se voir rembourser 90 000 € d’impôts (en moyenne) en 2007 ! ;
- rien sur les hôpitaux publics (au bord de l’asphyxie !) ;
- 400 M€ en moins pour les collectivités locales en 2008 ;
- réduction dramatique des contrats aidés (- 25 % d'un semestre à l'autre) ;
- franchises médicales qui vont peser sur les revenus des plus modestes, et les empêcher de se soigner ;
- une politique économique qui ne favorisera pas la croissance économique...
  
Rapporteur spécial de la Commission des Finances sur les engagements financiers de l’Etat, je mène des investigations sur la dette de l’Etat : elles seront sans concession. Je livrerai mes conclusions en commission le 7 novembre, puis en séance le 14 novembre.

S'agissant de mon travail parlementaire, je m'inspire de ce que me disent les habitants de ma circonscription pour être utile concrètement. Ainsi :
 
- j'ai notamment déposé trois amendements au Projet de Loi de Finances :
    1) pour le passage de 75 à 70 ans du bénéfice de la demi-part pour les anciens combattants ;
    2) pour le plafonnement de la taxe foncière pour les personnes veuves de plus de 70 ans ;
    3) pour la réduction de la taxe sur les salaires des associations ;

- j'ai déjà posé une dizaine de questions écrites (publiées au J.O.) ;

- trois questions orales sont à venir ; elles portent sur les conditions d’attribution et le montant de l’allocation différentielle pour les veuves d’anciens combattants ; le financement des missions d’intérêt général des hôpitaux ; le regroupement des commissariats sur Lille.

Et j'ajoute que je tiens également mes permanences en mairie : Roubaix (1er samedi du mois) ; Croix (3ème samedi). J’attends toujours la réponse du maire de Wasquehal (pour le 2ème samedi).
 
Au cœur de l’action (cf. financements des hôpitaux de Wattrelos et de Roubaix - ma rencontre du jeudi 11 octobre avec Francis VERCAMER chez Roselyne BACHELOT), je constate une vraie crise de fond du secteur hospitalier public, et le Gouvernement la sous-estime : il n’y a rien sur l’hôpital public dans le Projet de Loi de Finances sur la Sécurité sociale (PLFSS). Aussi déposerai-je dans les prochaines semaines une proposition de loi pour la création d’une « Caisse de la Dette Hospitalière ».



Partager cet article
Repost0