Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Blog de dominique Baert
  • : Dominique Baert est maire de Wattrelos (Nord)
  • Contact

Recherche

Articles Récents

5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 00:00

Clubs-coup-de-pouce-2013.JPGApprendre à lire, c’est essentiel ! Dès les premiers apprentissages, l’avenir d’un enfant peut se jouer. S’il décroche à ce moment-là, si la lecture lui est trop complexe, fastidieuse, le retard pris peut devenir un handicap pour le parcours scolaire. C’est dire si je suis très attaché à cette action car je la crois fondamentale pour la réussite scolaire de nos enfants.

 

Voilà pourquoi je me suis battu, en liaison avec l’inspecteur de l’Education nationale, pour porter auprès du préfet et des services du ministère de la Ville, que le financement de nos clubs Coup de pouce soit reconduit, élargi même.

 

Ainsi, ce soir, avec Jean-Pierre Mollière, IEN, la représentante de l’Apfée, et nos élus en charge des écoles, je lance à l’Hôtel de ville les 14 clubs Coup de Pouce qui vont commencer le 12 novembre prochain et vont fonctionner durant cette année scolaire.

 

Le dispositif va concerner 13 écoles, mobiliser 16 enseignants et 16 animateurs, mais aussi les parents des 70 enfants concernés (5 par club !). L’idée est, dans un accompagnement personnalisé des enfants à l’école, mais aussi à la maison (d’où le rôle important des parents !), de rendre la lecture plus ludique, plus agréable, et finalement de faire tomber la barrière de l’apprentissage de la lecture pour les enfants qui risquaient de décrocher. Voilà pourquoi on parle de club et pourquoi ce soir, enfants, parents, enseignants, inspecteur de l’EN et maire, nous signons la carte du club de chaque enfant, véritable passeport vers la lecture.

 

Tout cela est soutenu par l’Etat, qui au titre de la réussite éducative soutient la ville pour précisément 101 181 euros. C’est un bel effort (il y a quelques années, nous n’avions que moins de la moitié de cette somme !), qui me permet – et j’en suis très heureux – d’ouvrir deux clubs Coup de pouce, à l’école Jean-Macé au Laboureur, qui en avait été jusqu’à présent injustement dépourvue. C’est d’ailleurs grâce à Manuel Valls, qui a consenti une zone de sécurité prioritaire à Wattrelos, que nous pouvons ouvrir ces clubs à Jean-Macé, puisque le Laboureur étant en ZSP, j’ai pu plaider l’extension de la géographie prioritaire d’intervention aussi sur la lecture à cette école élémentaire. Et tant mieux !

 

Tout cela pour donner un bon départ, le meilleur possible, à nos enfants dans leur cursus scolaire, car c’est à l’école que se forge la capacité à réussir. Lire est la première des libertés. C’est aussi la première des émancipations, c’est elle qui ouvre les portes du monde et de la connaissance.


Partager cet article
Repost0
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 15:10

Et pendant tout le week-end, même ! C’est en effet de ce vendredi jusqu’à dimanche que se tient le Salon commercial de Wattrelos à la salle Salengro. Le rendez-vous chaque année est pris pour la Toussaint, et il est attendu par nombre de commerçants, locaux ou d’ailleurs, et leurs clients.

 

Ce Salon, c’est bien sûr d’abord une manifestation festive où l’on vient se promener agréablement, regarder les étals en famille, faire quelques emplettes et se restaurer à la mezzanine (tenu cette année par le restaurant L’étaque). C’est aussi un moment de fidélité entre des commerçants et des clients, avec des commandes qui se renouvellent chaque année à cet instant-là. 65 exposants (68 en 2012) sont là pour 3 jours pour donner envie… d’acheter.

 

Salon-commerce-2013.jpgJe procède ce vendredi en fin de matinée à la visite inaugurale avec Philippe Hourdain, président de la CCI Grand Lille, aux côtés de mon adjoint au commerce et de nombreux élus. Le marathon des stands est toujours sympathique.

 

Dès l’entrée, des figures connues, en provenance d’Alsace,  nous accueillent avec vins régionaux (délicieux le Pinot noir !) et Kouglof lardé : un régal. Juste à côté, dégustation de foie gras, en admirant boîtes de confit et de cassoulet périgourdins. Et sur quoi tartiner ? Sur le bon pain croustillant d’Eric Blaize, boulanger wattrelosien bien connu, et président de l'association des commerçants wattrelosiens, W'atout Commerce !

 

Salon commerce 1 Salon-commerce_2.jpeg Salon-commerce_3.jpeg

 

Au stand de  l’office de tourisme, la directrice, Rita, offre à Philippe Hourdain un magnet à l’effigie de notre poupée berlouffe, juste avant qu’avec le fils de Donat Subts nous n’admirions un superbe cochon tirelire bien pratique en ces temps d’économies.

 

Salon-commerce_4.jpeg Salon-commerce_5.jpeg Salon-commerce_6.jpeg

 

Aux stands de nos concessionnaires wattrelosiens Citroën (Decalonne) et Peugeot (Ricci), nous devisons sur les nouveaux modèles (superbes au demeurant !), et sur la marche des affaires sur le marché automobile, juste avant de saluer Marie-Pierre, du Bal Masqué, qui s’apprête à connaître le succès avec sa fabrication de barbe à papa…

 

Salon-commerce_7.jpeg Salon-commerce_8.jpeg Salon-commerce_9.jpeg

 

Evidemment, le closier de Montlouis que je suis ne peut pas refuser l’invitation de Dominique (sympathique enseignant retraité qui met dorénavant son talent pédagogique à vanter les mérites des vins de Loire !), pendant que ces dames dégustent (du regard !) bijoux et écharpes du stand en face !

 

Salon-commerce_10-copie-1.jpeg Salon commerce 12

 

Le président de la CCI aura été passionné par la présentation du vaporisateur buccal… au cognac : idéal pour l’haleine fraîche ! Et pas moins par la découverte du Saint-Amour, sympathique petit vin rouge que nous dégustons avec modération… et beaucoup de plaisir ! Ouf, vient le stand du fromage des Pyrénées, juste après les saucissons : pas de doute, dimanche, tout aura disparu !

 

Salon commerce 13 Salon-commerce_14.jpeg

 

Autre dégustation : celle du stand de cuirs et fourrures, vestes, blousons, manteaux et jupes de Christine et Cécile Dael : ils sont bien à Wattrelos et ils y reviennent ! Tant mieux pour le salon et… pour eux ! Clin d’œil aussi à mon ami Jean-Michel Corbillon (et une pensée à son papa, grand professionnel de l’électroménager aussi, récemment disparu) entre machines, frigos et télés. Avant de faire un passage au stand de la police municipale qui bénéficie du simulateur de conduite de l’auto-école Ecotec.

 

Salon-commerce_15.jpegUn bien beau Salon, dont je remercie les exposants et mes services organisateurs à l’heure des discours. Et, après lui avoir offert une Berlouffe, j’invite le président de la CCI Grand Lille à épauler la Ville dans l’action pour nos commerces, et notamment pour le volet commercial du projet centre-ville (800 à 1 000 logements, équipements, et cellules construites sur et alentour du site de Saint-Liévin), mais aussi dans le soutien de La Redoute et à ses salariés.

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 22:16

Catch-2013-ok.jpgCe samedi soir, à Salengro, Wattrelos continue de faire vivre sa tradition du catch, avec un plateau concocté par l’association des Berlouffes présidé par Robert Houte. Immanquablement, bien sûr, j’y vais.

 

Car par-delà l’obligation municipale, le catch est toujours un show plaisant. Parce que le spectacle est souvent davantage dans la salle que sur le ring. Parce qu’il y a toujours le méchant et le gentil, le premier étant hué, le second adulé par un public toujours partisan. Parce que le public est de tous les âges. Parce qu’ici, dans notre agglomération, on n’a pas oublié le catch historique du Fresnoy ou de L’Innovation à Wattrelos. Parce que les matches de catch, c’est plus, bien plus que des combats… C’est une ferveur du public, une mise en scène, un vrai spectacle quoi…

 

Et du spectacle, il y en a eu ce soir. Après le premier combat voltigeur, il y aura eu le choc-défi entre Xtrem et le cagoulé Mister X, lequel, fier de sa ceinture, parade aux quatre coins du ring et fait souffrir (cf. photo) son concurrent contre qui il l’emporte finalement, sous ses huées conjointes d’applaudissements d’un public très partagé.

 

Catch-2013_2.jpg

Autre show, le combat féminin Sherry Lee contre la méchante Dead Doll (qui anticipe Halloween de quelques jours par sa tenue), qui se termine par la victoire de la première (que je dois monter congratuler sur le ring - cf. photo).

 

Et la soirée se termine par du lourd (c’est vraiment le cas de le dire !) dans un match à quatre tout à fait remarquable et qui fait du bruit (au sens propre) car les chutes (lourdes) de lutteurs (lourds - enveloppés aurait dit Obélix) sur le ring résonnent encore dans la salle Salengro !

 

Un clin d’œil à Christine, au micro, qui n’a pas son pareil pour chauffer la salle, à Innocenti notre vedette locale co-organisateur (Raymond Chirez à la ville), et au Noël des déshérités de La Voix du Nord à qui le gala était dédié.


Partager cet article
Repost0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 17:29

Expo-automne-2013-Atelier-arts_7.jpgA quinze heures, j’inaugure en effet l’exposition d’automne des artistes de l’Atelier des arts de Wattrelos. Dans la salle Michel-Couillet, rue de Stalingrad (l’expo est visible jusqu’au 27 octobre, n’hésitez pas !), 34 artistes présentent chacun quelques-unes de leurs sculptures ou de leurs peintures.

 

Expo-automne-2013-Atelier-arts_2.jpegJe les connais quasiment toutes et tous, et ce que j’aime dans ces expositions, ce n’est pas seulement de voir et d’apprécier les œuvres présentées, c’est de constater les styles qui s’affirment, ou au contraire les chemins de traverse que prend tel ou telle pour s’éloigner précisément de ce qui était sa touche personnelle et aborder justement soit la sculpture, soit un autre style de peinture… Dans les allées, avec les élus qui m’entourent, je pars donc à la découverte de ces travaux.

 

Expo-automne-2013-Atelier-arts_6.jpgExpo-automne-2013-Atelier-arts_4.jpgExpo-automne-2013-Atelier-arts.jpeg

 

Incontestablement, le raku extrême oriental, cher au président de l’Atelier, Claude Sauvage, s’affirme : plusieurs artistes maintenant le pratiquent et le nombre de sculptures qui s’en inspirent augmente. Jean-Mi a placé un drapeau républicain à son gavroche, et Claude aura donné des courbes très sensuelles à sa sculpture ; Clément nous aura peint le parc du Lion, pendant que Marie nous fait revivre Berlouffes 2013 avec Jeanne dans une rue bondée, tandis que Martine nous emmène en promenade sur le Douro, qu’Annie ose le nu masculin, et qu’Alain peint et sculpte trois3 petits cochons au féminin avant de les appeler… Les trois grâces ! Et tant d’autres jolies réalisations…


 Expo-automne-2013-Atelier-arts_3.jpeg Expo automne 2013 Atelier arts 8

 

Exposition à visiter absolument !

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 16:05

Semaine bleue 2013Le lancement de la Semaine bleue, dans les salons de l’Hôtel de Ville, recèle toujours des surprises à Wattrelos. Le millésime 2013 n’a pas échappé à la règle. Ainsi, en fin de matinée, dans une salle comble, ce sera d’abord Monique qui nous raconte en ch’ti la fable de La Fontaine relookée du corbeau et du renard, où on retrouve un « coulon », et un « maroilles » (à la place du camembert !) : ça commence bien. La jeune Marjorie nous joue ensuite La foule (elle est dans la salle !) d’Edith Piaf !


Avant que l’équipe de la géronto, et des résident(e)s sous la baguette (qu’elle n’a pas) de leur (exigeante et imaginative) directrice générale Sophie Liagre, n’entame deux mélodies de Michel Fugain, dont les paroles ont été (savamment) réécrites. 

  

D’abord, sur l’air du Chiffon rouge, ce sera « Wattrelos  pour la vie, Wattrelos pour toujours », pour qui « accroche à ton cœur, un pétale de Rose bleue, une fleur couleur de ciel »… et alors « nous tenant la main à l’unisson, nous réveillerons la ville entière, et demain nos matins s’illumineront » ! Il y aurait un clin d’œil personnel que cela ne me surprendrait pas. 

  

Semaine bleue 2013 2 Semaine bleue 2013 3

 

Mais la séquence émotion fut pour la seconde chanson, destinée à Marie-Josée Dens, mon Adjointe au nouvel âge, sur l’air de Bravo Monsieur le monde  ; « Chapeau, Miss Géronto,  nous te saluons bien bas, pour tout ce que tu nous laisseras »… Et les yeux sont bien embués lorsqu’après le dernier couplet c’est une petite boule de poil (un trognon chihuahua de 2 mois) qui est mis en cadeau dans les mains de Marie-Jo. 

  

Semaine bleue 2013 4Pas simple ensuite pour elle de prendre la parole, pour rappeler le travail accompli avec constance par les services à destination des aînés (les quatre résidences, les 111 000 repas servis, les 11 000 soins réalisés, les 70 000 heures d’aides à domicile…). 

  

Pour ma part, oscillant entre humour et sérieux, dans une Semaine bleue qui se veut, nationalement, l’occasion d’un coup de projecteur sur nos aînés, je reviens sur la problématique du vieillissement dans notre société. Sait-on qu’en 2025, il y aura autant d’inactifs (enfants + séniors) en France qu’en 1960 ? Sauf qu’en 1960, cétaient les enfants qui étaient les plus nombreux, mais qu’en 2025 ce seront les aînés ! Pour y répondre, dans les années 60, la société a construit des écoles et a massivement scolarisé ; mais face à l’importance des aînés, que fera demain notre société ? Elle devra s’adapter, sur les retraites ou la prise en compte de la dépendance, c’est certain. 

 

Wattrelos, nous aussi nous devrons prendre en compte cette mutation. Nous ne créerons pas de foyer-logement supplémentaireMais devrons travailler dans 3 directions : accentuer les constructions de dominos (maisons de plain-pied très demandées) ; renforcer les services à domicile, et prestations médico-sociales ; développer les gérontechnologies au service de nos aînés. 

 

C’est vrai, du point de vue juridique, intervenir pour ses aînés n’est pas une compétence obligatoire pour une commune : la Chambre régionale des comptes n’a pas manqué de s’étonner de tout ce qui se fait à Wattrelos. Oui, des foyer-logements, un dépannage ou des soins à domicile, des clubs dans toute la ville, tout cela n’est pas obligatoire ! Mais nous, le faisons. Par respect, par solidarité, par affection pour nos aînés. 

 

Comme d’organiser une Semaine bleue qui, avec toutes les activités (sympathiques) proposées saura leur être un coin de paradis, et leur offrir, comme je le dis en conclusion, « une semaine de toutes les couleurs »


 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 15:50

V A1D8C’est en effet une salle Jean-Jaurès très bien remplie que je trouve ce matin, dès mon retour de Paris, les paupières un peu lourdes après avoir quitté l’Assemblée à plus de 3 heures cette nuit. La Fraternelle des Combattants wattrelosiens tient son assemblée générale, malheureusement en l’absence de son président Ferdinand Claies, souffrant.

 

Immanquablement bien sûr, en cette période de l’année, c’est le budget des anciens combattants pour 2014 qui occupe les esprits. Mais si, et je le regrette (mène si je le comprend dans le contexte global d’impératives économies budgétaires), son montant global diminue de 2,93 Mds € à 2,85 Mds € (notamment avec la diminution du nombre d’ayant-droits), avec près de 3 Mds d’euros, ce budget n’en comporte cependant pas moins des avancées notables qu’à cette occasion je présente.

 

D’abord, 13 M€ de nouveaux droits sont ouverts, avec surtout (vieille revendication du monde combattant que j’ai moi-même portée !) l’extension du bénéfice de la carte du combattant en Afrique du Nord dès lors qu’il y aura eu prise de service avant le 2 juillet 1962 pendant au moins quatre mois (c’est le problème de la présence à cheval). S’y ajoutent : l’amélioration du régime pour les incorporés de force ; le renforcement de l’aide différentielle au conjoint survivant (qui passe à 932 €, contre 900 € depuis avril 2012), le renforcement des crédits de l’action sociale de l’Onac (+ 6,3 %) qui atteignent 21,9 M€.

 

Ce projet de budget assume aussi la reconnaissance des combattants en Opex (opérations extérieures) des opérations Harmattan (Libye) et Serval (Mali), et prépare (pour 6,4 M€) les commémorations du centenaire du début de la 1ère guerre mondiale et le 70e anniversaire de 1944 (où on se souviendra des débarquements mais aussi de la Résistance).

 

Incontestablement, le budget 2014 n’est pas exempt d’avancées. Et il faut savoir le dire.


Partager cet article
Repost0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 07:15

marche1Les marchés de Wattrelos attirent chaque semaine beaucoup de clients, à Beaulieu le mercredi, au centre le jeudi, à la Mousserie le vendredi, et surtout, c’est bien connu, au Laboureur le dimanche. Mais pour qu'il y ait des marchés fréquentés, il faut des clients pour faire vivre les forains qui y viennent. Et pour que les clients viennent, il faut des étals et des commerçants attractifs. Commerçants et clients sont intimement liés, et la fidélité des uns aux autres est la clé de marchés vivants et dynamiques.

 

Voilà pourquoi, en liaison avec la Ville et la société gérante des marchés, Géraud, les commerçants de nos marchés organisent régulièrement des animations. Ainsi, les 25, 26, 27 et 29 septembre a été organisé sur nos marchés un jeu par tirage au sort. 170 poussettes de marché ont ainsi été gagnées. C'est la deuxième opération de l'année : en juin, 400 bons d'achat d'une valeur de 5 euros avaient été gagnés.

 

Ce soir, à la salle Salengro, nos commerçants, emmenés par les frères Taoutaou, marchands de fruits et légumes bien connus, ont réuni leurs clients gagnants et procèdent à la remise des poussettes. Elles sont bleues, rouges, ou noires, siglées Les marchés de Wattrelos. Gageons qu'on les verra très vite dans les travées de nos marchés !

 

marche2.jpgTout cela se fait dans la bonne humeur et se conclut par un pot de l'amitié auquel, après un bref discours (pour remercier clients et commerçants de leur fidélité respective), j'apporte ma modeste contribution pour aider au service. Il est vrai que je prends rapidement un verre (de cidre) avant de rejoindre la gare car mon aller-retour avec l'Assemblée ne peut qu'être bref, je siège cette nuit…

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 13:32

Vis ma vie de facteur 3Le rendez-vous m'avait été donné à 8h 15 au bureau de poste, que j'ai rejoint après avoir déposé à mon bureau en mairie mes dossiers du week-end. Pas de costume ni de cravate, mais pull et tenue pour affronter la pluie car, caprice de la météo, ce matin, il va pleuvoir ! Pas grave, je me mets tout de même en route… car dans le quotidien du facteur, le mauvais temps aussi cela existe.

 

Je salue chacun des facteurs qui sont à leur casier de tri, café pris en commun, et me voilà aux côtés de Jean-Marc pour vivre avec lui cette matinée. Je suis heureux que les responsables de La Poste l'aient choisi car, comme beaucoup de facteurs wattrelosiens, Jean-Marc Distaso, je le connais. On a vécu dans le même quartier ; comme d'autres collégues, il a travaillé avec mon père et je sais son amour du métier.

 

Vis ma vie de facteur 5 Vis ma vie de facteur 6 Vis ma vie de facteur 7


Il m'explique la préparation de la tournée, le classement rue par rue et le classement intra-rue. Tout est programmé, le circuit de distribution sur le périmètre de toute la tournée (18 km de parcours), la préparation des lettres pour côtés pair et impair selon le parcours, ce qui se fait à pied et ce qui se fera à vélo, mais aussi l'organisation des piles de courriers que le facteur n'emmènera pas mais qui auront été déposées par voiture dans des boxes et qu'il récupérera en cours de tournée.


Vis ma vie de facteur 8 Vis ma vie de facteur 9 Vis ma vie de facteur 10          

 

A l'heure du départ, évidemment, problème technique : la clé du vélo électrique qui m'est imparti souffre d'un mauvais contact ! Mais après le réenclenchement de la batterie, tout est rapidement rétabli. Alors, en route, musette en bandoulière. La distribution commence par la place, puis les rues Saint-Joseph, Jean-Jaurès, du Général de Gaulle, rues Claude Bernard, d'Alsace, cours attenantes, Edouard-Vaillant…

 

Je ne sais pas si j'ai beaucoup aidé Jean-Marc, même si c'est moi qui mets le courrier dans les boîtes, et vais le déposer chez les commerçants, surpris - agréablement, semble-t-il - de me voir dans ce rôle. D'autant qu'avec les nombreux Wattrelosiens que nous rencontrons ou chez qui nous sonnons, qui savent tous (c'est dire la proximité de la population avec son facteur !) que Jean-Marc part en retraite dans deux semaines, celui-ci (et j'en rajoute une couche !) ne manque pas de me présenter comme son successeur… juste avant que ses clients ne me reconnaissent ! Bonne humeur garantie…


Vis ma vie de facteur 11 Vis ma vie de facteur 12 Vis ma vie de facteur 13

 

Si mes mollets accusent les premiers effets du vélo (que, décidément, je pratique trop peu !), cette matinée me confirme ô combien le rôle social, humain du facteur. Qu'on soit aisé ou modeste, la relation avec son facteur comme Jean-Marc est étroite, amicale. Il aime les gens, ça se sent, et ils le lui rendent bien. Il est fier et heureux de faire son métier, et a peine à imaginer que, dans quelques jours maintenant, ce sera fini. Je sens son émotion, sa passion. Il me dit et me répète sa fierté, l'honneur pour lui de m'avoir avec lui ce matin, qu'il vit comme un clin d'œil à la fois superbe et sympa de sa direction juste avant sa retraite…


Vis ma vie de facteur 15 Vis ma vie de facteur 14

 

Avec les habitants, un bonjour, un sourire. Lui sait les difficultés des uns, les satisfactions des autres, va au fond de la maison porter le courrier à la mamie qui ne se déplace que difficilement… Il me parle des problèmes de telle famille, nous partageons des informations avec un souci commun : aider, être utile à celles et ceux qui pourraient en avoir besoin.

 

Heureux d'avoir été avec toi, Jean-Marc, en cette matinée. L'honneur, sincèrement, fut pour moi… Très bonne retraite.

 

Si, avec toi, j'ai été facteur d'un jour, nous sommes tous deux postiers de toujours.

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 13:26

Vis-ma-vie-de-facteur_4.jpegComment dire à son père qu'on l'aime et qu'on est fier d'avoir eu, et d'avoir encore, un père comme lui ? Il y a sans doute bien des mots pour le dire, bien des manières de le faire savoir.

 

Si j'ai accepté d'être facteur d'un jour, d'accompagner un facteur de Wattrelos une matinée, c'est pour lui rendre hommage, à lui à qui je dois tout, à la passion du service public qui est la sienne, à l'homme jovial, disponible pour les autres mais si étroitement attaché à sa famille, à sa femme et à ses fils.

 

Retour sur images. Régulièrement des entreprises et organismes, publics ou privés, proposent à des parlementaires de vivre une journée dans leurs services, de connaître telle fonction, et je reconnais que privilégiant le travail à l'agrément (fût-il de découverte), j'ai toujours répondu négativement. Mais quand La Poste m'a proposé, dans le cadre d'une action de sensibilisation des élus du Nord, de vivre, moi, fils de facteur, une tournée aux côtés d'un postier de Wattrelos, (même si en pleine session budgétaire, ce n'est pas facile à gérer) je ne pouvais que dire oui. Pourquoi ?

 

Vis-ma-vie-de-facteur.jpegD'abord pour rendre hommage à ce métier, à cet agent de proximité qu'est le facteur, ce lien indispensable aux autres qui vous amène votre courrier par tous les temps. Ces agents ont bien du mérite, et ils sont si utiles à mes concitoyens qu'il est bien normal que je leur témoigne, par ma présence à leurs côtés, mon attachement personnel. C'est ce que je leur dis ce matin, en quelques mots, à l'heure du premier café (cf. photo).

 

Ensuite, par amour de mon père et par amour du service public dont, par son exemple, je partage la passion. Oui, j'ai grandi avec le vélo et la musette dans le couloir, puis dans les casiers de tri. J'ai tout appris d'un père qui m'expliquait l'importance d'avoir été assermenté, pour qui le courrier était tout, plus que tout, devant être porté en tous lieux, et en tous temps. Les week-ends, le 1er janvier, quand il savait que la boîte à lettres de La Poste allait être pleine, il m'emmenait, gamin, avec lui faire une levée : les lettres étaient déjà triées, oblitérées, mises en sacs, de sorte que le camion puisse les emmener dès 6 h le lendemain matin : une journée de gagnée pour le courrier, et tant pis pour la famille et les vacances. Mais mon père était heureux, et moi aussi, pour lui, pour nous ! Il m'a appris par l'exemple combien les intérêts particuliers doivent savoir s'effacer devant l'intérêt général. Il m'a appris le service des autres, avec ses fiertés et ses servitudes.

 

Car malheureusement, j'ai aussi vécu, enfant, avec la peur au ventre de le voir partir dans la nuit très tôt le matin, qu'il pleuve ou neige, sur son cycle : facteur dans le Leers des années 60, il empruntait sentiers et voies où peu de gens passaient. Sauf qu'un jour, il n'est pas rentré. Il a été retrouvé plusieurs heures plus tard, dans un fossé, à cause du verglas. Toute ma vie, je me souviendrai de ses hurlements lorsque le soir, à la maison, le médecin et des voisins lui remettaient l'épaule en place… Le petit garçon n'oubliera jamais.

 

Aussi, maintenant qu'il est durablement hospitalisé, quand hier je lui ai dit que ce matin j'allais trier le courrier, prendre un vélo, faire une tournée avec un facteur de sa poste de Wattrelos, la lumière dans les yeux qui s'est alors allumée, son sourire me disaient son plaisir et son bonheur !

 

Vis-ma-vie-de-facteur_2.jpegVoilà pourquoi j'ai dit oui. Et pourquoi j'ai été très ému lorsque M. Langrand, en guise de remerciement pour m'être prêté au jeu, m'a offert une musette (cf. photo) ! Sauf que pour moi, ce n'était pas un jeu mais une reconnaissance. Pour un métier que j'admire, pour celui de mon père que j'aime, avec fierté.

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 11:44

Avec la météo très pluvieuse et fraîche de ce dimanche, pas étonnant que les activités externes aient eu de la difficulté à trouver des participants, alors que les activités en salle ont fait le plein.

 

Des regrets donc pour moi à destination des organisateurs de la marche rose à partir du centre hospitalier de Wattrelos, dans le cadre d’Octobre rose, ensemble de manifestations destinées à attirer l’attention de l’opinion publique sur le cancer du sein. Une soixantaine de participants ont répondu à l’appel, dont mon adjointe à la santé, Anne Duquesnois, ce qui est méritant pour une marche qui n’avait plus rien de la promenade de santé, même si tel était son objet. Bravo aux courageuses et courageux.

 

Bourse-collectionneurs-J-Zay-2013.jpgJe n’ai pu les rejoindre avant la dispersion des participants pour les féliciter. C’est qu’entre temps, j’étais aux côtés de Jean Destaerke, président de Jean-Zay, qui, à la salle Salengro, organisait sa deuxième bourse des collectionneurs, laquelle a rencontré, comme l’an dernier, un très gros succès, tant en nombre d’exposants que de visiteurs. Timbres, livres, BD, médailles, monnaies ou fèves, il y avait de tout, et même des gaufres à la liégeoise et de la goulasch hongroise (palinka garantie !) pour les papilles gustatives.

 

Les papilles étaient aussi en alerte au repas traditionnel de la troupe de théâtre des 3/5 de Beaulieu, où 150 convives apprirent en cours de repas que la troupe, malgré l’incendie de l’an dernier, est bel et bien là, et répète sa nouvelle pièce 30 000 km à pied. Représentations, tous les week-ends de mars 2013, samedi et dimanche, à la MEP ! Rires garantis, assurément !

 

Grain-d-phonie-2013_3.jpg

De spectacle, il était aussi question au CSE cet après-midi, et pour cause, avec Atout Chœur, de la chorale wattrelosienne Grain D’Phonie. La première partie fut consacrée à Goldman, le groupe Il était une fois (et l’insubmersible J’ai encore rêvé d’elle), Renaud (et sa ballade nord-irlandaise et son oranger qui donne les « fruits sucrés de la liberté »), Zazie, Christophe Maé (à qui On s’attache sans « qu’on s’empoisonne »), J. Brel (et ses Bonbons), Ch. Aznavour (et ses Emmerdes). Dans des chorégraphies enlevées, intercalées d’intermèdes humoristiques, la troupe aura fait vivre toute une première partie, côté c(h)oeur, car j’en retiens cette part de chanson : « Car quand on s’aime très fort, c’est comme un trésor, et ça, ça vaut de l’or » (J’envoie valser, Zazie).

 

Grain d'phonie 2013 2 Grain d'phonie 2013

 

Grain-d-phonie-2013_4.jpgAprès un entracte qui se sera annoncé entre dame et roi de cœur, la seconde partie aura été sublimée par la sixième chanson, L’hymne à l’amour, de Piaf, très applaudi. Et si le spectacle, vers sa fin, entame : Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? pour ce dimanche, à Wattrelos, la réponse était simple : aller dans les salles municipales, à Amédée-Prouvost, à Salengro, au CSE, c’était plein de gens... heureux d’être là ! Et pas simplement parce qu’ils étaient à l ‘abri…

 

Partager cet article
Repost0